02/01/2013

MA CASSETTE MA CHERE CASSETTE

 

Affaire Cahuzac, affaire Tapie ; étrange lien sonore pour tenter de prouver une implication d’un ministre dans un pseudo compte à l’étranger et d’un autre dans le montage d’une contre proposition du rachat des titres du groupe Hersant. A se demander si la droite à bien digéré sa calamiteuse gestion de ses élections internes. D’autant qu’avec le refus de financement de sa campagne des présidentielles, l’UMP va de déconfiture en déconfiture et se retrouve, en interne, dans la même situation qu’elle nous a laissé le pays : la merde !

 Affaire Cahuzac ; je ne peux rien prouver mais j’ai une cassette

 L’affaire Cahuzac s’enrichit d’un nouveau témoin depuis trois jours, et atterrit à l’Elysée. Vendredi, Mediapart a révélé que Michel Gonelle, ex-maire RPR de Villeneuve-sur-Lot et ancien opposant de Jérôme Cahuzac, a pris contact le 15 décembre avec le cabinet de François Hollande, pour revendiquer être l’auteur d’un enregistrement fortuit, fin 2000, où l’actuel ministre du Budget évoquait son compte bancaire en Suisse.

 Dans cet enregistrement, mis en ligne par Mediapart le 6 décembre, un homme présenté comme Jérôme Cahuzac avoue son embarras à propos d’un compte détenu à l’Union des banques suisses (UBS). Depuis, le ministre a toujours nié avoir eu un compte en Suisse et être l’auteur du coup de téléphone.

 Pour finir, le ministre a demandé à UBS de confirmer qu’il n’est pas l’un de leur client et, alors que les informations publiées dans la presse nous informaient qu’UBS ne pouvait répondre à une telle demande, la banque a elle-même confirmé qu’un particulier pouvait obtenir la preuve qu’il n’y détient aucun compte, «si la demande est formulée officiellement par la personne à la banque». Ce que Jérôme Cahuzac a immédiatement fait.

 

 Encore plus drôle depuis deux jours ; Michel Gonelle, l'ancien élu du Lot-et-Garonne aurait confié à l'ex-juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière un enregistrement qui concernerait Jérôme Cahuzac, affirme que le magistrat est "certainement pour quelque chose" dans la divulgation de l'enregistrement. "Je ne sais pas comment cet enregistrement a atterri chez Mediapart. Je n'y suis pour rien, mais le juge Bruguière y est certainement pour quelque chose", a déclaré M. Gonelle. De son côté, Jean-Louis Bruguière a affirmé à Paris Match dimanche soir n'avoir ni écouté ni conservé cette pièce. Entre ex RPR, nouveau UMPistes et ancien juge ; c’est la panade.

 Affaire Tapie ; encore une cassette qui “prouve” que le ministre est intervenu

 Décidément, c’est un achat groupé de cassette low coast que la droite a réalisé ces derniers temps. Bernard Tapie a, lui aussi, une cassette... et la preuve que le cabinet du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, « a tout fait pour bloquer » son alliance avec le groupe Hersant et le rachat des journaux du Sud-Est, dont La Provence et Nice-Matin.

 Vendredi soir, Arnaud Montebourg avait pourtant démenti : « L’offre de l’alliance Tapie-Hersant n’a bénéficié d’aucun traitement de faveur ou de défaveur de la part de la République.” Bernard Tapie, lui, affirme au JDD que cette cassette « n’est pas une cassette piratée », comme si on pouvait croire qu’un Tapie puisse pirater un enregistrement pour se faire, gratos, de la pub dans le rachat des titres de presse...

  Et il se lâche « On était plusieurs dans une pièce, il y avait des avocats, des banquiers, quand le patron de la société belge qui était lui aussi sur les rangs nous a téléphoné. Il a alors dit noir sur blanc, lors d’une conversation que l’on a enregistrée, que la directrice adjointe du cabinet de Montebourg l’avait contacté pour le pousser à faire une offre d’achat. Il disait aussi qu’il n’avait pas d’argent, mais qu’elle l’assurait que la BNP le financerait ! Si ça c’est pas un coup de pouce ! »

  Un pétard mouillé pour se faire mousser

 Pourtant, la réponse du ministère semble cohérente : Le cabinet d’Arnaud Montebourg a confirmé, samedi, que « la cellule restructuration du cabinet a cherché un maximum d’offres de reprises pour le groupe Hersant Média, notamment le groupe belge Rossel ». « Nous n’avons cherché ni à favoriser ni à pénaliser Bernard Tapie. » Et c’est exactement ce que le gouvernement avait indiqué qu’il ferait dès le début de la mise en vente...

 Sacré pétard mouillé pour une droite qui ne sachant plus trop d’où elle vient, sait encore moins où elle va. Quoiqu’il en soit ; les cassettes enregistreuses vont bon train.

00:27 Publié dans Editori@l | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire