Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Editori@l - Page 3

  • IL N A PAS CHANGE

    Lire la suite

  • SALAUDS DE PAUVRES

    08 avril 2015

     

     
     
    Ayons une pensée émue pour ces braves gens qui touchent 6200 euros par mois et qui vont perdre 180 euros d'allocations par mois, qui vont le sentir durement sur leur pouvoir d'achat. J'ai envie de pleurer.
     
    Cela étant, le mari est militaire (ils ne précisent pas avec quel grade, je suppose qu'il n'est pas caporal chef) et donc payé avec nos impôts (ce qui est normal) et ils oublient de dire de quelle réduction d'impôt ils bénéficient du fait d'avoir tous enfants.
     
    Un peu de décence ne nuirait pas d'autant que si l'Etat veut faire quelques économies, c'est aussi pour pouvoir payer des militaires pour conserver la place de la France dans le monde, financer Vigipirate et les compagnies de CRS qui sont obligées de se mettre en arrêt maladie collectif tellement elles sont épuisées à force de bosser (cela dit sans la moindre ironie).
     
    Allons enfants de la patrie et tout ça.

  • JOXE ATTAQUE

    joxe.jpg

    Après  PS, Martine Aubry, qui a qualifié le projet de loi Macron de « régression » concernant le travail du dimanche, c’est au tour de Pierre Joxe, d’attaquer. Dans un entretien accordé à Mediapart, celui qui fut ministre à trois reprises entre 1981 et 1993 (Industrie, Intérieur, Défense) se dit « éberlué » et « stupéfait » par un texte « ahurissant », accusé de « déconstru(ire) le droit social ». « Le droit du travail est en miettes », estime Pierre Joxe, qui appelle à porter le débat, sur le contenu du projet Macron, « très largement » dans la société. « La gauche dans son programme n’a jamais envisagé des réformes du droit du travail du genre de celles qui sont aujourd’hui à l’ordre du jour. (…) On est à contre-emploi de notre histoire (…), (du) sens de l’histoire de la gauche », poursuit-il, en soulignant que « le développement du travail du dimanche (…) est exclusivement destiné aux intérêts des groupes de la grande distribution ». Pour lui, la situation avec Valls à Matignon est comparable à 1956, quand « les Français ont voté pour Mendès-France, c’est-à-dire contre les guerres coloniales. Sauf que ce n’est pas Mendès que (le président) Coty a appelé, c’est Guy Mollet, et on a eu l’inverse », explique-t-il.

  • HOMMAGE A JEAN FERRAT

    th.jpg

    Que je chante à jamais celle des travailleurs
    Ma France

     

    Lire la suite

  • GEGE L'EMBROUILLE

    Depuis mes longues années de militants  PS à Antibes je constate que les élections sont toujours un moment où le P. C local manifeste sa son comportement haineux et déloyal envers notre parti et ses militants .  

    Lire la suite

  • ABRACADABRA

    photo_site.jpg

     La magie, j'ai toujours aimée, le magicien, tout de noir vêtu, couleur de mystère . La Colombe d'Or à Antibes a choisi de nous  présenter les plus fameux maîtres, dans le cadre du Festival International consacrée à ce noble divertissement.

    Je vais faire un rapide inventaire des Maitres de la Magie

    Lire la suite

  • LA UNE NICE MATIN

    Il ne manquait plus que ça : Marine Le Pen à la Une de Nice Matin hier

     

    ob_c6c0d9_antifn.jpg

     

    Lire la suite

  • ALLEZ MON TIKI

    Il faut avouer que l'information qui tourne dans Twitter ce soir (et à laquelle je n'ai rien à ajouter) est à plier de rire : le président des jeunes UMP est Camerounais (ce qui est deja une information, récupérer l'anti racisme n'est pas joli) et serait sans papier et en situation irrégulière.

    J'imagine la scène : tiens ! On va faire chier la gauche, on va prendre un noir comme président.

    Bravo les gars.

    Mais pas de bol.

    Ce monsieur a tout mon soutien naturellement. Arriver à un tel poste montre qu'il est parfaitement intégré et devrait avoir la nationalité.

    Par contre n'élisez pas un Chinois à la place, ils rachètent tous les bars tabac et ont un très mauvais relationnelle avec les clients

    Lire la suite

  • NE JAMAIS OUBLIER NE JAMAIS PARDONNER

    Child_survivors_of_Auschwitz.jpeg

    Il a 70 ans l'armée rouge libérait le camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau (Pologne). Dans ce camp de la mort on estime à 1,2 million (dont 1 million de juifs) le nombre de personnes, hommes, femmes et enfants exterminés par les nazis. Je ne savais pas quoi écrire sur cette barbarie  , tout comme je n'ai jamais pu aller à Auschwitz  visiter le camps quand je me rends à Cracovie . 

    Ne jamais oublier, ne jamais pardonner.

  • JE SUIS SYRISA SEPTIQUE

     

    tsipras-chimulus.jpg

    En tant que militant de gauche, je suis heureux que Syriza finisse largement en tête et je leur souhaite beaucoup de courage et de réussite dans leur entreprise. Au-delà de toutes ces considérations personnelles, je ne peux que déplorer un carnage électoral largement attendu.
     
    Un carnage pour la coalition d’unité nationale regroupant conservateurs (Nouvelle Démocratie) et socialistes (PASOK). Le principal parti de droite, formation dont été issu le précédent 1er ministre, perd 53 sièges. Leurs alliés socialistes réalisent leur plus mauvais score depuis le retour de la démocratie en Grèce avec un petit 4,68% des voix (et uniquement 13 petits sièges au parlement).
     
    Carnage électoral grec où le parti néo-nazi Aube Dorée conserve son statut de 3ème force politique du pays avec un score stable (ils ne perdent qu’un seul siège de député). Résultat assez incroyable quand on sait que le leader du parti est actuellement en prison, accusé d’avoir commandité l’assassinat d’un militant antifasciste grec.
     
    Carnage électoral idéologique où le parti arrivé en tête, Syriza, considéré comme étant de Gauche Radicale, proche idéologiquement du Front de Gauche français, décide de faire alliance avec le parti des Grecs indépendants, arrivé en 6ème position, et qui n’est rien d’autre que l’aile droite dure et souverainiste qui a fait scission avec les conservateurs de Nouvelle Démocratie. Pour faire le rapprochement en France, c’est un peu comme si Jean-Luc Mélenchon et Nicolas Dupont-Aignan formaient ensemble un gouvernement.
     
    D'aprés ce que j'ai compris en suivant la campagne électorale à travers la presse française , je crois  que le programme de Syriza ne se base que sur la lutte contre l’austérité. Dans ce programme , je n'ai pas vu  Syriza  parler d' éducation, de culture, de jeunesse. On n’y trouve aucune proposition sur l’armée, sur la politique étrangère. Du coup, rien ne les retient de signer un accord avec les Grecs Indépendants qui sont, semble-t-il, sur la même ligne économique. Sauf qu’eux sont aussi ouvertement nationalistes, ont des opinions des plus réactionnaires sur la société et les mœurs et ne portent pas dans leur cœur les immigrants.
     
    Il semblerait que Syriza ait  fait volontairement l’impasse sur toutes questions de société afin de ratisser large, sans avoir peur de perdre du terrain sur Aube Dorée ou sur les Grecs Indépendants . Ces derniers siègent au Parlement Européen (enfin leur seul député) dans le même groupe que Bart de Wever du N-Va, parti nationaliste flamand.
     
    En votant majoritairement pour Syriza, en désavouant encore plus majoritairement le PASOK, les Grecs ont montré un ras-le-bol de leurs élites politiques. Au final, les grecs se retrouvent avec un gouvernement des extrêmes où gauche extrême et droite dure se retrouvent main dans la main pour promettre des jours meilleurs à une population désabusée. Le progressisme social, l’humanisme intrinsèque aux formations de gauche peut-il se dissoudre dans une politique uniquement tournée contre l’austérité européenne ? Les aides sociales imaginées par Syriza seront-elles les mêmes que celles voulues par les Grecs Indépendants ? Les électeurs grecs ne vont-ils pas prendre comme une trahison le résultat de leur vote ? Beaucoup de questions en ce début de législature.